Guide de Voyaguer English

Español

Po polsku

Chapitre général Province de Pologne Couvent de Cracovie Bienfaiteurs  
Saint Hyacinthe Guide du voyaguer Contact Liens utiles  



LA POLOGNE

Située au cour de l'Europe, la Pologne a été a la fois un pont et une frontiere entre l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest. Aujourd'hui, libre de toute interférence extérieure, la Pologne est l'endroit ou il faut aller si vous souhaitez voir comment une nation se releve et cherche a se réinventer elle-meme. C'est un pays aux multiples facettes, ou la capitale et les anciennes villes médiévales sont blotties dans leur environnement contemporains, et ou les charrettes tirées par les chevaux avancent sur des chemins de terre, dans des endroits ou le vingtieme siecle semble s'etre perdu en quittant la route...

Présentation du pays

Nom du pays: République de Pologne
Surface: 312 677 km2
Population: 38,6 millions. 98% de polonais, avec des minorités allemandes, ukrainiennes, lithuaniennes et biélorusses.
Capitale: Varsovie (1,75 millions d'habitants)
Autres villes importantes: Lodz (0,9 millions) ; Cracovie (0, 85)
Langue: le polonais
Religion: 95% de catholiques romains
Régime politique: république parlementaire
Pologne
Premier ministre: Marek Belka
Président de la République: Aleksander Kwasniewski
P.N.B.: 327, 5 milliards $
P.N.B./habitant: 8 500$
Inflation: 1,3%
Principales industries: Mécanique, fer et acier, chimie et agriculture
Principaux partenaires commerciaux: union européenne (en particulier France, Allemagne, Italie, Grande Bretagne), Russie.
Membre de l'Union Européenne a partir du 1 mai 2004.

Pour le voyageur

Visas: Les ressortissants de la plupart des pays de l'Union Européenne et des Etats-Unis peuvent entrer sans visa en Pologne et séjourner 90 jours. Les Australiens doivent encore demander un visa. Les lois réglementant l'entrée en Pologne sont en cours de libéralisation, aussi il est préférable de prendre contact avec l'ambassade de Pologne avant votre voyage.

Risques de santé: Les hôpitaux peuvent etre en dessous des normes, en particulier en région rurale.
Heure: GMT/UTC plus une heure.
Électricité: 230 volts, 50 Hz AC.
Poids et mesures: systeme métrique.
Tourisme: 8 millions de visiteurs par an.
Monnaie: zloty (littéralement " or "), abréviation PLN
1 US $ = 3,79 PLN (juin 2004)
1 € = 4,59 PLN (juin 2004)
(Les taux de change peuvent etre vérifiés sur www.oanda.com)

Les travellers cheques et les cartes de crédits sont largement acceptés. Pour les repas, il faut compter 3 a 5 $ pour un repas de base, 5 a 15 $ pour le niveau au-dessus et plus de 15 $ pour la gastronomie.

Pour le logement, les tarifs de base sont de 8 a 20 $, le milieu de gamme de 20 a 40, et les hôtels de luxe de 40 a 100 $.

Bien que le marchandage ne soit pas en usage, la Pologne reste un pays avantageux pour le voyageur. Si vous etes habitué a utiliser les voitures de location et les hôtels de luxe, vous dépenserez autant qu'en Europe de l'Ouest. Mais si vous vous contentez d'hôtels peu chers, de restaurants raisonnables, en voyageant en bus ou en train, avec quelques bieres, un ou deux musées et un taxi de temps en temps, vous vous en tirerez pour environ 30 $ par jour.

Quelque soit la maniere dont vous le transportez, votre argent sera généralement en sureté en Pologne. Les cheques sont assez faciles a échanger partout ou vous irez, mais il est souvent un peu plus facile de changer de l'argent liquide. Les cartes de crédits sont de plus en plus utiles, vous pouvez les utiliser pour payer les hôtels de catégorie supérieure, les restaurants, les locations de voitures et les transports sur de longues distances. Vous pouvez aussi obtenir de l'argent liquide avec la plupart des cartes de crédits usuelles.

Histoire

Il semble bien qu'il y ait quelque chose dans les frontieres de la Pologne qui dise "Eh ! viens donc et entre chez nous ! ". Tous les grands et les petits bâtisseurs d'empire en Europe sont venus en effet essayer leurs capacités de dévastation par ici, depuis que la Pologne (littéralement " peuple des champs ") existe, depuis le dixieme siecle. Ces incursions incessantes n'ont cessé que tres récemment, avec le déclin de l'influence soviétique.

Mais la guerre et l'invasion ne résument pas l'histoire de la Pologne. La Pologne a été aussi l'une des grandes puissances culturelles de l'Europe ainsi que l'un de ses plus anciens greniers a blé. Elle s'est développée sous la conduite de quelques dirigeants intelligents et énergiques. Casimir III le grand, par exemple, fut un monarque de renom, qui est a l'origine de l'une des premieres universités européennes, a Cracovie. Il a également pourvu le pays d'un impressionnant réseau de châteaux et de fortifications. A travers les siecles qui ont suivi, époques d'expansion ou de réduction du territoire national, époques de richesses et de pauvreté, les infrastructures mises en place par Casimir ont tenu bon, la plupart des épreuves de la Pologne étant venues de l'extérieur.

Cette stabilité interne s'est effondrée au 17e siecle. La vie parlementaire s'est trouvée bloquée par une regle selon laquelle tout membre du parlement pouvait opposer son veto a un texte de loi: il s'est ainsi passé plusieurs décennies sans qu'aucun texte ne soit voté, et la Pologne s'est enfoncée dans la division. Pendant que les nobles prenaient les choses en main au mépris du droit et géraient leurs vastes possessions comme des territoires indépendants, les envahisseurs étrangers exploitaient systématiquement la Pologne: principalement la Russie, mais également les Tatars, les Cosaques, les Ukrainiens, les Turcs et les Suédois.

Au cours du 19e siecle, la Pologne était en ruine. Quatre millions de personnes avaient été tuées par la guerre, la famine et la peste. La Russie, l'Autriche et la Prusse expérimentaient diverses manieres de diviser la Pologne a coup de bottes. Malgré une certaine renaissance économique sur le papier, la pauvreté était cependant tres réelle,en particulier dans les campagnes, et pres d'un sur cinq des vingt millions de Polonais ont émigré, en particulier aux USA. Alors que la Pologne semblait déja une tres bonne illustration du mot "vaincu", l'histoire est venu la frapper encore une fois avec la premiere guerre mondiale. Comme les trois puissances qui occupaient la Pologne étaient engagées dans la guerre, de nombreuses batailles se sont déroulées sur des territoires habités par des polonais, qui étaient souvent enrôlés dans des armées d'occupation opposées et donc forcés de se battre les uns contre les autres. La perte de la vie, ou des moyens d'existence, a assommé la plupart des habitants. Dans la confusion qui a suivi la guerre, et en particulier la préoccupation de la Russie autour de la Révolution d'Octobre, la Pologne a cependant été capable de rassembler ses dépouilles autour d'une identité souveraine et de commencer a construire une nation a partir du chaos. Ce projet grandiose était en cours de réalisation lorsque la seconde guerre mondiale a éclaté. L'Allemagne et l'Union Soviétique n'ont fait qu'une bouchée de la Pologne, asservissant la population a grande échelle, les Nazis pretant une attention particuliere aux Juifs.

Le gouvernement polonais en exil s'est engagé de facto dans des relations avec Staline, une alliance sordide, qui n'apportait presque rien aux polonais restés au pays. Particulierement odieuse fut la ruse des soviétiques qui envoyaient des polonais sous-équipés attaquer les dépôts de munition nazis, puis les récupéraient dans l'Armée rouge pour les disperser, s'attribuer au passage la gloire et de nouvelles parts de territoire polonais. En 1945, la Pologne était en ruine (une nouvelle fois); elle avait perdu six millions d'habitants, dont la moitié étaient des juifs. Lors de la conférence de Yalta, en février 1945, Roosevelt, Churchill et Staline déciderent de laisser la Pologne sous contrôle soviétique, et elle devint un lieu de répression et d'oppression, dans le style de Staline Les polonais n'ont jamais adhéré au stalinisme, et la période communiste fut marquée par de nombreuses vagues de greves.

Tandis que les espoirs de prospérité diminuaient, les organisations de travailleurs se développaient, avec l'aide d'une intelligentsia engagée (soutenue par l'Église catholique et en particulier par les dominicains). La visite triomphale du pape Jean Paul II dans son pays natal en 1979 a fortement accentué cette fermentation politique. L'organisation et la réflexion du mouvement des travailleurs sont devenues plus puissantes que celles d'un gouvernement communiste démoralisé, et en 1980, le gouvernement ne pouvaient plus tenir longtemps ce rapport de force contre ses opposants. Le rassemblement des syndicats d'ouvriers sous la banniere commune de Solidarité, portée par Lech Walesa, a eu un effet considérable sur l'ensemble de la société polonaise, rassemblant dix millions d'adhérents des les premier mois, dont un million issu des rangs du parti communiste. Apres une génération de restrictions, les polonais se jetaient dans une forme spontanée et chaotique de démocratie. Bien que le gouvernement ait accordé aux syndicats le droits de se réunir et le droit de greve, tout cela était trop pour lui: la loi martiale fut décrétée en décembre 1981, Solidarité suspendu et ses dirigeants emprisonnés, y compris Walesa. Les brutalités de la loi martiale furent peu a peu diminuées, mais Solidarité fut obligée de travailler comme organisation clandestine jusqu'a ce que la perestroika lancée par Gorbatchev commence a atteindre la Pologne.

Des élections semi-libres ont été organisées en 1989, et Solidarité a remporté une grande victoire en obtenant pour ses délégués la majorité a la chambre haute du parlement. Walesa est devenu président en 1990, mais son rôle est allé peu a peu en déclinant, du fait de la transformation progressive de l'euphorie en désillusion. Il n'y avait pas de miracle économique, pas de stabilité politique, et le style du président devenait la cible des critiques de la plupart des formations politiques et d'une majorité de l'électorat. Les anciens communistes Aleksander Kwasniewski et Wlodzimierz Cimoszewicz ont poussé Walesa hors de la présidence en 1995, conduisant les affaires jusqu'a la fin de 1997, quand la coalition menée par Jerzy Buzek et Solidarité a repris les renes. Mais il n'a pas fallu longtemps pour que Aleksander Kwasniewski, avec l'Alliance démocratique de gauche, reprenne le contrôle politique, et soit réélu pour un second mandat présidentiel en octobre 2000. Dans ces memes élections, Walesa, qui fut tant admiré, ne recueillait que moins de 1% des votes.

La nouvelle Pologne est en train de retrouver une crédibilité internationale, qui repose sur sa puissance concrete : elle fait pleinement partie de l'OTAN depuis 1999 et le membre de l'Union Européenne depuis 2004.